1 septembre 2016

Fitness: le moment du choix


Depuis mon accident à la jambe, le fitness ne me fait plus du tout le même effet. Lente et insidieuse, la crise de motivation s'est installée. J'ai l'impression d'avoir perdu ma voie et je me débats beaucoup pour la retrouver.

Le négatif

  • J'ai mal à l'intérieur de la cuisse droite quand ma jambe est au repos (et paradoxalement pas quand je suis en plein effort). Mettre ma jambe en mouvement me demande une effort qui n'était pas nécessaire auparavant.
  • Ma posture est devenue fragile. Correcte, mais fragile. Je dois faire des efforts conscients pour toujours maintenir mon dos car la tendance à l'effondrement s'est renforcée.
  • J'ai arrêté les protéines whey pour préserver mes reins et je les ai remplacées par des protéines végétales. Ce n'est clairement pas aussi radical pour transformer ma masse graisseuse. J'ai repris du bide et j'ai perdu de la mobilité au niveau des hanches.
  • Mon régime alimentaire s'est effiloché. J'ai laissé tomber les courtes périodes de jeûne et je suis moins rigoureux dans mes macros. Je me sens régulièrement ballonné et fatigué.
  • Ma masse musculaire ne gonfle plus. Elle a même tendance a réduire. Et mes bras qui ont fait ma fierté pendant quelques semaines redeviennent normaux.

Le positif

  • Si on fait abstraction de la douleur et de ma sensation de fragilité, je suis plus souple, plus stable, mieux coordonné et plus endurant. C'est juste la mise en route qui est (vraiment beaucoup plus) pénible.
  • Ma posture est correcte. Fragile, mais correcte. 
  • Je fais des exercices qui combinent puissance et endurance comme jamais auparavant. Et je les encaisse très bien.

Alors quoi?

Je me sens comme au milieu du gué, suffisamment avancé pour me réjouir du chemin accompli, mais pas assez pour voir la fin de mes efforts. Surtout, je ne sais plus quelle direction suivre pour atteindre mon objectif de 10% de masse graisseuse. Et tant que je n'aurai pas décidé, je resterai coincé dans cet entre-deux.

Aussi, je vais te poser une série des questions, cher Internet, pour me faire une idée:
  • crossfit intense ou poids lourds au ralenti?
  • cardio ou entrainement lourd?
  • déficit de calorie pour faire fondre la graisse ou excès de calories pour renforcer les muscles?
  • fonte + poids du corps ou machines?
  • retour au jeune alterné ou alimentation constante?

Si tu as des idées cher Internet, connaissant mon parcours, fais tes propositions.

20 août 2016

5 choses que j'ai aimées ces dernières semaines #5


J'ai eu des semaines difficiles au niveau pro et j'ai n'ai eu de temps que pour le micro-blogging. Je finirai par croire qu'après toutes ces années sur le web, Instagram est le format qui me convient le mieux. Et puis, malgré l'intensité de cette période, j'ai eu du mal à me sortir la tête du guidon pour vraiment profiter des moments positifs. Certains ont réussi toutefois à attraper mon attention (comme cette enseigne improbable).

Penny Dreadful - Saison 2

Penny Dreadful revient de loin. Après une première saison en dents de scie, je l'avais sortie de mes priorités. Avec une pointe de regrets: j'aimais Dorian Gray, les créatures de Frankenstein, Vanessa Ives et l'ambiance gothique, mais le reste m'ennuyait solide. Les commentaires élogieux de Mélanie Fazi qui venait d'achever la 3ème saison m'ont décidé à lui donner une seconde chance. Je suis resté scotché pendant toute cette deuxième saison. Il devient clair que la fascinante Vanessa jouée Eva Green est le vrai personnage central et qu'elle marche lentement vers un destin tragique. Et mes autres favoris suivent aussi un chemin vraiment intéressant.



Les escape games d'Enigma Escape à Toulouse

De toutes les salles testées à travers l'Europe (Paris, Bruxelles, Toulon, Edimbourg, Budapest, Lille, Lausanne, mince...), les Enigma Escape de Toulouse sont de loin les meilleures, tant par leur histoire que par leur ambiance. Cet été nous avons tenté de nous échapper en famille de Oh, no, zombies et de Braqueurs amateurs. Je ne peux évidemment pas dévoiler le déroulement ici, tout ce que je peux dire, c'est que les game masters toulousains ont un vrai sens du WOW effect: il y a toujours 3-4 endroits dans chaque aventure qui font tomber la mâchoire de surprise et monter la tension d'un cran.

la chasse au zombie se fait en famille
Providence Tome 1 et 2

Alan Moore + Lovecraft. La combinaison rêvée pour les fans de Cthulhu et de comics de haut vol tient ses promesses. Le téléscopage des Grands Anciens, de l'histoire américaine et d'autres références inattendues donne véritablement le vertige. Cela fait des années que je n'ai pas été aussi satisfait de l'achat d'une BD et j'avais tellement envie de continuer la lecture immédiatement que j'ai acheté le tome suivant en format Kindle, ma toute première BD en format électronique.

Une photo publiée par M. Tout-le-Monde 🇧🇪❤️🇫🇷 (@mtlm) le

Dédale Tome 1 et 2

Dédale, un manga en deux tomes, est une ode aux gugusses originaux et à la pensée oblique. Au-delà de l'histoire de science-fiction assez originale, j'ai été séduit par le personnage de Reika, l'otaku frappadingue qu'on regarde de haut dans le monde réel mais qui est la seule capable de résoudre l'énigme du monde virtuel où est emprisonnée une partie de l'humanité (flûte, j'en ai peut-être déjà trop dit).


Le donburi tempura de Little Tokyo

Little Tokyo est une de mes cantines préférées à Bruxelles, malgré une carte où je ne trouve pas mon compte. C'est sur les suggestions du jour et le brunch du dimanche qu'ils se rattrapent très bien. Cette semaine, il proposaient un donburi au tempura d'un peu de tout qui était juste parfait.

Une photo publiée par M. Tout-le-Monde 🇧🇪❤️🇫🇷 (@mtlm) le


Et vous? Qu'avez-vous aimé ces dernières semaines?


23 juillet 2016

Une histoire zen

Et voici le retour de MTLM en BD! Fête! Confettis! Serpentins!

Je tiens à remercier mon iPad, grâce auquel je peux réaliser des BD entières à un rythme soutenu et Celle que j'Aime, cette source d'inspiration inépuisable.

A une publication tous les 3 ans, il me faudra quelques réincarnations pour finir le premier album, mais je tiens le bon bout.

Assez bavardé, je vous laisse avec "une histoire zen".


6 juillet 2016

Fitness: le programme du juillet


Mi-mai, une blessure à la jambe flinguait en plein vol ma motivation montante. J'ai arrêté une semaine, puis j'ai repris en boitant en n'exerçant que le haut du corps. Mi-juin, j'ai remis les jambes en marche à la moitié de leur capacité et j'ai mordu sur ma chique pour supporter la douleur. Aujourd'hui, j'ai retrouvé ma mobilité, la douleur diminue, mais il est encore beaucoup trop tôt pour reprendre à plein régime.

J'ai donc décidé de modifier une fois encore mon programme, afin de muscler à fond tout ce qui peut l'être sans trop forcer sur les jambes. Je suis passé en "4 day split" en diminuant les poids, pour maintenir le niveau de travail sur des groupes musculaires focalisés tout en évitant de nouvelles blessures.

Le résultat est paradoxal:
  • Ma musculature sèche et se tend: c'est le résultat attendu.
  • Ma posture change radicalement en mieux: j'attrape un vrai corps d'athlète avec les épaules déployées, la bonne inclinaison du bassin et tout.
  • Je n'ai pas l'habitude de ma nouvelle posture et je suis très gauche dans mes mouvements (si c'est pas malheureux...).
  • Je trimballe une sensation persistante de brûlure musculaire indescriptible, tantôt insupportable, tantôt orgasmique.
Avant de passer au programme proprement dit, prenez le temps de réfléchir à cette question et n'hésitez pas à répondre dans les commentaires:

En cas de blessure, comment ajustez-vous votre entrainement?


Le programme de fitness de juillet

Avec comme contraintes...
  • l'entraînement ne peut pas dépasser 45 minutes;
  • chaque exercice se fait 3 fois, avec une diminution des répétions et une augmentation des poids (ex: biceps 8x10kg, 6x12kg, 4x15kg) - sauf pour les planks, lying leg curls, swiss ball crunches, leg raise, standing calf raise, wide grip pull up, deadlifts et chin up dont le nombre reste constant;
  • les exercices sont groupés par 2 et se font en alternance à l'intérieur du groupe.
* désolé pour l'absence de traduction, mais toutes mes applis sont en anglais, et l'anglais est nettement plus efficace pour obtenir des vidéos de démo sur youtube.

Dimanche: jambes + abdos
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • Groupe 1: 3 x (goblet squats + plank)
  • Groupe 2: 3 x (lying leg curls + 20 swiss ball crunches)
  • Groupe 3: 3 x (6 leg raise + 20 standing calf raise)
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • 5 minutes étirement yoga
Lundi: triceps et poitrine
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • Groupe 1: 3 x (machine chest press + 8 dips)
  • Groupe 2: 3 x (incline dumbbell chest press + machine chest fly)
  • Groupe 3: 3 x (cable rope overhead triceps extensions + dumbbell skull crucher)
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • 5 minutes étirement yoga
Mardi: cardio
  • 20 minutes cardio à 139 bpm
  • 10 minutes étirement yoga
Mercredi: épaules et abdos
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • Groupe 1: 3 x (8 standing military press + dumbbell side lateral raise)
  • Groupe 2: 3 x (standing dumbbell shoulder press + front dumbbell raise)
  • Groupe 3: 3 x (20 swiss ball crunches + plank)
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • 5 minutes étirement yoga
Jeudi: cardio
  • 20 minutes cardio à 139 bpm
  • 10 minutes étirement yoga
Vendredi: biceps et dos
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • Groupe 1: 3 x (4 wide grip pull up + 8 deadlift)
  • Groupe 2: 3 x (lat pull down + seated cable row)
  • Groupe 3: 3 x (4 chin up + hammer dumbbell curl)
  • 5 minutes cardio à 139 bpm
  • 5 minutes étirement yoga
Samedi
  • Repos

3 juillet 2016

5 choses que j'ai aimées cette semaine #4


Je suis désespérément unitâche. Trop préoccupé par mon compte Instagram et quelques obligations professionnelles lors de notre court séjour à Edimbourg, j'ai zappé et je n'ai pas redémarré. Relancer la balle après l'avoir lâchée est toujours difficile pour moi.

Cela posé, on reprend les bonnes habitudes, avec de l'âge d'or hollywoodien, de la photo, des punks, de la vengeance et du thé.

Hail Caesar!

Pas le plus inoubliables des Coens. Excellent quand même. Je ne sais pas combien il reste de spectateurs dans le monde pour apprécier ce genre de film sur l'âge d'or hollywoodien, mais j'en fais partie. Je me suis gondolé pendant les conversations sur le communisme ou la représentation de Jésus, quand des personnes qui se prennent très au sérieux pataugent dans des raisonnements absurdes.



Read this book if you want to take great photographs

Toujours occupé à explorer et accroître ma maîtrise de la photographie, j'ai acheté Read this book if you want to take great photographs chez Urban Outfitters à Edimbourg pour m'occuper dans les salons de thé.  Read this book if you want to take great photographs of people a rapidement suivi. Deux livres courts avec des explications très simples et d'excellents exemples pour libérer les bons réflexes. Bien meilleurs que les 2 x 15 heures de cours que j'ai reçu pendant mes études. Je mets déjà en pratique les trois-quarts mais j'ai appris de nouvelles choses. Je les recommande si vous débutez ou si vous cherchez à élargir vos perspectives de photographe. Gag, je n'ai pas de photo.

Business for punks

En ces temps professionnels incertains où l'ancien n'est plus satisfaisant et le nouveau peine à s'imposer, je cherche toutes les sources d'inspiration possibles pour faire avancer mon activité d'indépendant. Business for punks, écrit par un des fondateurs de Brewdog, m'a redonné le moral après une grosse baisse de régime. Avancer à grand coups de pompe dans tout (métaphoriquement, hein), ça réveille.

Une photo publiée par Spacerocket.be (@spacerocketbe) le


Game of Thrones S06E10

OK, l'épisode était vraiment remarquable et est entré dans mon top faïve des meilleurs épisodes de toutes les séries du monde. Il fallait bien ça pour faire oublier une saison un peu plus bancale que les autres. Les suivantes seront plus courtes, ça évitera les scènes de remplissage bâclées comme dans celle-ci. Le parallèle entre les scènes de Cercei et celles de Michael Corleone à la fin de The Godfather m'a beaucoup amusé.

*** Attention Spoilers ***



Un thé à l'Unami avec celle que j'aime

Le thé est bon, la salle est belle, les scones sont délicieux, l'endroit est calme. L'endroit idéal pour s'installer en couple chacun avec un livre. Nos lectures nous séparent, mais l'expérience nous relie.

Une photo publiée par M. Tout-le-Monde 🇧🇪❤️🇫🇷 (@mtlm) le

6 juin 2016

Remember souvenir


J'ai bien failli louper Remember Souvenir, expo éphémère qui occupe le bâtiment abandonné Solvay dont la rénovation est imminente. Je m'en serais beaucoup voulu, parce l'opportunité de visiter une oeuvre magistrale pareille n'arrive pas souvent dans nos contrées.

Le site officiel décrit l'expo ainsi:
Denis Meyers peint les murs, les portes, les fenêtres, la façade, le toit. Il empile les mots, il décharge les souvenirs. Il fait couler les phrases, des centaines de phrases, des milliers de phrases, qu'il écrit à la bombe. Il tire les portraits à la bombe encore. Plus de 1500 bombes de peinture noire utilisées pour l'instant dans cette oeuvre qui n'en finit pas. Ce sont quelques 150 carnets de dessin, accumulés depuis vingt ans, qui servent de point de départ à l'habillage quasi cathartique du lieu. Il en reprend des extraits parce que c'est une matière qui lui tient à cœur. D'où le nom de cette exposition : Remember Souvenir. Cela replonge l'artiste dans ses souvenirs, "c'est aussi affronter ce que je vivais quand j'ai commencé ce travail dans le bâtiment Solvay" confie Denis Meyers. On retrouve sur les murs les prénoms de ses enfants, de ses amis, un extrait du poète René Char pointé comme un mantra, des portraits de la scène musicale qu'il a suivie depuis vingt ans. Ceux du cercle précieux de la famille, ceux des inconnus qu'il croise chaque jour aussi, des sentiments de l'instant, des réflexions plus intenses, des mots posés comme des chocs... Mais quand il touche à l'intime, Denis Meyers serre les mots, complexifie l'écriture, sans lecture possible, pour se préserver. Une oeuvre intime qui n'en est que plus touchante en se livrant de manière brute et forte tout en se protégeant.
Une oeuvre intime de... 20.000m2! Un gigantesque mind-palace obsessionnel où l'apparente destruction sert de support aux émotions les plus vives.

On l'avait annoncée mi-mai, puis fin mai, puis début juin. Et bien non, la rénovation n'a toujours pas commencé et on prévoit encore des dates des visite jusqu'au 12 juin. Si ça se trouve, en tirant un peu dessus, les congés du bâtiment rajouteront un mois de visites supplémentaires.

Les meilleures photos vous donnent une idée de l'espace, mais ne rendront jamais la puissance de l'exploration réelle. Pour vraiment en profiter, vous n'avez pas le choix: allez la visiter tout de suite.


Visites:

Visite guidée obligatoire organisée par Arkadia.be
44 rue du prince Albert, 1050 Bruxelles.


















Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...